Afrique

Zimbabwe: scrutin partiel test avant la présidentielle

today27/03/2022

Arrière-plan
share close

Les Zimbabwéens ont voté samedi lors d’élections législatives et locales partielles, considérées comme un test avant les élections générales prévues en 2023.

Le scrutin s’est « déroulé dans le calme dans tout le pays », a déclaré le porte-parole de la police Paul Nyathi à l’AFP, après la fermeture des bureaux de vote à 19h00 (17h00 GMT). Les résultats sont attendus dans quelques jours.

Les Zimbabwéens étaient appelé à élire 28 députés et leurs représentants dans 122 municipalités.

Ces scrutins ont suscité un tel intérêt que le président, Emmerson Mnangangwa, a organisé plusieurs meetings pour soutenir en personne les candidats de la ZANU-PF au pouvoir.

« Nous avons besoin de changement. Nous devrions donner une chance à l’opposition. Ce gouvernement a prouvé qu’il était un échec », a déclaré Jasen Maeka, un chômeur de 42 ans, après avoir voté dans le centre de Harare.

Le leader de l’opposition Nelson Chamisa, considéré comme le principal adversaire de M. Mnangangwa, a formé il y a trois mois un nouveau parti, la Coalition des citoyens pour le changement (CCC).

« Nous entrons dans une élection partielle cruciale (…) c’est un galop d’essai pour les élections de 2023 », a déclaré jeudi M. Chamisa lors de son dernier rassemblement de campagne dans un quartier populaire de la banlieue de Harare.

La CCC a attiré des foules massives à ses meetings, mais ses responsables se sont plaints d’une répression croissante de la part des autorités, plusieurs rassemblements ayant été interdits par la police au cours des deux mois de campagne.

En février, des heurts survenus lors d’un rassemblement de l’opposition ont fait un mort et 22 blessés.

Pendant la campagne, le vice-président du pays, Constantino Chiwenga, a comparé l’opposition à des poux qu’il faudrait « écraser ».

La ZANU-PF, qui dirige le pays depuis son indépendance du Royaume-Uni en 1980, a également attiré de très nombreux partisans lors de ses meetings.

Ses détracteurs accusent M. Mnangagwa, qui a succédé en 2017 à Robert Mugabe, au pouvoir pendant 37 ans, de museler les dissidents.

La veille du scrutin, le parti de M. Chamisa a dénoncé des irrégularités, évoquant notamment des erreurs dans les listes électorales.

« Nous ne pouvons pas avoir une autre élection contestée », a déclaré le leader de l’opposition après avoir déposé son bulletin dans le township de Kuwadzana à Harare. « Nous voulons un arbitre digne de ce nom, un vrai arbitre, pas celui qui jette son sifflet pour rejoindre l’autre équipe », a-t-il ajouté en référence à la Commission électorale du Zimbabwe (ZEC).

Écrit par: AFP


Article précédent

Afrique

Nigeria: le parti au pouvoir se désigne un nouveau chef avant 2023

Le parti au pouvoir au Nigeria, l'APC, a nommé un nouveau dirigeant lors d'une convention nationale censée permettre de surmonter les luttes intestines avant les élections de 2023 dans le pays le plus peuplé d'Afrique. La convention du All Progressives Congress (APC) est la dernière étape avant les primaires qui se tiendront plus tard cette année pour désigner un candidat à la présidence. Le chef de l'Etat Muhammadu Buhari, élu […]

today27/03/2022

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%