ONU Info

Soudan : l’ONU regrette la démission du Premier ministre

today03/01/2022

Arrière-plan
share close

Le Représentant spécial du Secrétaire général pour le Soudan, Volker Perthes, a regretté lundi la décision du Premier ministre Abdalla Hamdok de quitter son poste. Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a, pour sa part, pris note de la démission du Premier ministre.

Le chef de l’ONU « regrette qu’un accord politique sur la voie à suivre ne soit pas en place malgré la gravité de la situation au Soudan », a dit son porte-parole dans une déclaration à la presse.

Selon des informations parues dans la presse, M. Hamdok a démissionné après une nouvelle journée de manifestations de grande ampleur dans la capitale soudanaise, Khartoum.

Après avoir été détenu lors de la prise de pouvoir par les militaires du 25 octobre, avec d’autres hauts responsables et des militants politiques, le Premier ministre avait été réintégré lorsqu’un accord avait été conclu pour partager le pouvoir avec l’armée.

Avant la crise, les dirigeants militaires et civils partageaient le pouvoir dans un gouvernement à la tête de la transition du Soudan vers la démocratie après l’éviction en avril 2019 du Président Omar Al-Bachir, qui a été à la tête du pays pendant 30 ans.

Le Secrétaire général de l’ONU a condamné « la violence continue visant les manifestants » et a appelé les forces de sécurité soudanaises « à faire preuve de la plus grande retenue et à respecter leurs obligations en ce qui concerne les droits à la liberté de réunion et d’expression ».

Le chef de l’ONU a encouragé toutes les parties prenantes « à continuer de s’engager dans un dialogue constructif afin de parvenir à une solution inclusive, pacifique et durable ». « Les aspirations soudanaises à une transition menant à un exercice démocratique sont essentielles. L’ONU reste prête à soutenir ces efforts », a dit son porte-parole.

Préoccupations

Dans une déclaration à la presse, M. Perthes a déclaré respecter la décision du Premier ministre et a salué les réalisations accomplies sous sa direction, ainsi que celles accomplies au cours de la première phase de la période de transition.

Le Représentant spécial reste toutefois préoccupé par la crise politique qui perdure à la suite du coup d’État militaire du 25 octobre, qui risque de faire dérailler davantage les progrès réalisés depuis la révolution de décembre.

M. Perthes est « profondément préoccupé » par le nombre de civils tués et blessés dans les manifestations actuelles.

Il exhorte également les forces de sécurité à respecter leurs obligations en vertu du droit international et à respecter strictement les droits des manifestants à la liberté d’expression et de réunion pacifique.

« Les auteurs de violences doivent être traduits en justice », dit-il. Pour lui, « les aspirations du peuple soudanais à une voie démocratique et à l’achèvement du processus de paix devraient être la pierre angulaire de tous les efforts visant à résoudre la crise actuelle ».

« Le manque de confiance entre les acteurs soudanais doit être surmonté par un dialogue constructif et inclusif », a-t-il ajouté, précisant que la Mission des Nations Unies au Soudan (UNITAMS) est prête à faciliter ce processus.

Écrit par: ONU Info


Article précédent

Monde

A Cuba, un culte africain unique en Amérique latine comme refuge

A genoux, les yeux bandés, cinq jeunes hommes écoutent des bénédictions en yoruba, langue apportée à Cuba par les esclaves africains il y a plus de quatre siècles. Ils jurent d'être courageux, respectueux, honnêtes, bons parents, enfants ou amis : ils sont de nouveaux fidèles abakuas, ce culte cubain unique en Amérique latine. Longtemps tenu secret sur l'île communiste, ce culte africain né comme une confrérie parmi les esclaves travaillant […]

today03/01/2022

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%