Afrique

Nigeria: les compagnies aériennes annulent la suspension de leurs activités

today09/05/2022

Arrière-plan
share close

Les compagnies aériennes nigérianes renoncent à la suspension de leurs activités initialement prévue lundi en raison de l’envolée des prix du kérosène, a annoncé l’Association des opérateurs aériens du Nigeria (AON).

L’AON avait d’abord annoncé vendredi la suspension lundi et « jusqu’à nouvel ordre » des vols intérieurs en raison de la flambée du kérosène de type JetA1, dont le prix au litre a presque quadruplé. Après avoir reçu de « nombreux appels des plus hauts échelons du gouvernement promettant d’intervenir d’urgence (face au) coût astronomique et sans cesse croissant du JetA1 », l’AON a indiqué dans un communiqué publié dimanche – auquel l’AFP a eu accès lundi – lever « pour le moment » la suspension des vols intérieurs.

« Ainsi et dans l’intérêt de l’économie nationale, l’AON (..) informe le grand public que l’arrêt des opérations annoncé précédemment pour le 9 mai est suspendu en attendant un engagement fructueux avec le gouvernement », a-t-elle affirmé. Depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie fin février et les sanctions imposées dans la foulée à Moscou, les cours mondiaux du pétrole se sont envolés, provoquant une flambée des prix des carburants dans de nombreux pays.

L’aviation au Nigeria est durement frappée par l’explosion de ces prix, ayant conduit plusieurs syndicats du secteur à entrer en grève lundi pour réclamer une hausse du salaire minimum. La menace de suspendre l’intégralité des vols intérieurs avait provoqué une pluie de réactions, les autorités appelant l’AON « à considérer l’effet multiplicateur de l’arrêt de leurs opérations sur les Nigérians et voyageurs du monde entier ».

De son côté, la Commission de protection des consommateurs nigérians (FCCPC) avait dit chercher à trouver un « arrangement acceptable » avec les principaux négociants en carburant.

Écrit par: AFP


Article précédent

Afrique

Génocide des Tutsi au Rwanda: le procès d’un ancien préfet s’ouvre à Paris

Vingt-huit ans après le génocide au Rwanda, une quatrième affaire devant la justice française: l'ex-préfet rwandais Laurent Bucyibaruta est jugé à partir de lundi devant les assises de Paris pour sa participation présumée à l'extermination des Tutsi en 1994. Après les procès d'un officier militaire, de deux bourgmestres et d'un chauffeur, il s'agit du plus haut responsable jamais jugé en France pour des crimes liés au génocide au Rwanda, une […]

today09/05/2022

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%