Actualités

Nigeria: l’armée nie avoir bombardé des pêcheurs

today30/09/2021

Arrière-plan
share close

La frappe aérienne qui a visé dimanche un camp jihadiste situé sur le lac Tchad, au Nigeria, a été « exécutée de façon précise et professionnelle » a répondu jeudi l’armée nigériane, accusée d’avoir bombardé une vingtaine de pêcheurs.

Au moins 20 pêcheurs ont été tués accidentellement dans des frappes aériennes visant Daban Masara, une zone connue pour être un bastion du groupe de l’Etat islamique en Afrique de l’Ouest (Iswap), ont affirmé à l’AFP plusieurs habitants et des sources sécuritaires.

« Des vérifications ont été faites pour s’assurer de la présence de terroristes, la frappe aérienne a été exécutée de façon précise et professionnelle », a répondu à ces accusations l’armée de l’air dans un communiqué. 

Selon elle, « aucune communauté civile ne se trouvait dans la ligne de mire » et des hommes « portant des vestes de combats et des uniformes ressemblant à ceux des combattants d’Iswap avaient été vus », sans « qu’aucune activité de pêche n’ait été repérée ». 

Mi-septembre, une frappe aérienne de l’armée nigériane sur un village de l’Etat voisin de Yobe avait déjà tué neuf civils. L’armée de l’air avait alors expliqué que son avion de chasse poursuivait un groupe de jihadistes dans la zone.

Le Nigeria combat depuis 12 ans une insurrection jihadiste qui s’est étendue aux Niger, Tchad et Cameroun voisins et a fait au moins 40.000 morts et deux millions de déplacés.

En janvier 2017, au moins 112 personnes avaient été tuées lors d’une frappe aérienne sur un camp abritant 40.000 personnes déplacées par les violences jihadistes, à Rann, ville près de la frontière avec le Cameroun.

L’armée nigériane avait alors mis en cause « l’absence de marquage approprié de la zone » dans son rapport publié six mois plus tard.

Écrit par: idealwebradio


Article précédent

Actualités

Libye: la mission politique de l’ONU prolongée jusqu’à fin janvier

Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté jeudi à l'unanimité une résolution prolongeant jusqu'au 31 janvier sa mission politique en Libye, une courte durée qui affaiblit son émissaire Jan Kubis et qui a donné lieu à un bras de fer à rebondissements de trois semaines entre la Russie et le Royaume-Uni. Les 15 membres du Conseil auraient dû prolonger à la mi-septembre la mission Manul de manière quasi-automatique pour […]

today30/09/2021


Articles similaires

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%