Afrique

Les rebelles de Casamance promettent de libérer 7 soldats sénégalais

today13/02/2022

Arrière-plan
share close

Les rebelles de Casamance, région du sud du Sénégal théâtre d’un vieux conflit indépendantiste, libéreront lundi sept soldats sénégalais faits prisonniers fin janvier, a dit un responsable.

Les sept soldats sont membres de la mission ouest-africaine en Gambie (Ecomig), pays voisin de la Casamance. Ils seront remis lundi en Gambie au représentant de la Communauté des Etats oues-africains (Cédéao), l’organisation sous-régionale qui a institué l’Ecomig, a indiqué à un correspondant de l’AFP un responsable du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MDFC) sous couvert d’anonymat.

C’est ce mouvement qui a capturé les sept soldats sénégalais au cours d’une affrontement le 24 janvier. Quatre soldats sénégalais avaient été tués, selon l’armée sénégalaise.

Cette dernière avait indiqué que l’accrochage avait eu lieu au cours d’une opération contre le trafic de bois « sur la frange frontalière avec la Gambie ».

Le chef du MFDC, Salif Sadio, a déclaré cette semaine que les soldats sénégalais venus de Gambie avaient traversé la frontière et attaqué ses bases en Casamance. Il a rapporté que le MFDC avait rendu à la Cédéao les dépouilles des soldats tués.

Cet affrontement est l’un des évènements les plus graves des dernières années dans le conflit casamançais.

Les forces sénégalaises fournissent l’essentiel des effectifs de l’Ecomig, de plusieurs centaines de soldats.

La Casamance est le théâtre d’un des plus vieux conflits d’Afrique depuis que des indépendantistes ont pris le maquis après la répression d’une marche en décembre 1982.

Après avoir fait des milliers de victimes et ravagé l’économie, le conflit a persisté à basse intensité. Le Sénégal s’emploie à normaliser la situation et a entrepris de réinstaller les déplacés.

Écrit par: AFP


Article précédent

Afrique

Mali : Assimi Goïta ne pourra pas briguer la future présidence

Dans un projet de loi qu'a pu consulter l'AFP samedi, la jeune indique que l'actuel chef de la junte malienne, le colonel Assimi Goïta, ne pourra pas être candidat à la future élection présidentielle. La junte a renoncé à organiser des élections le 27 février prochain, et pourrait rester au pouvoir plusieurs années supplémentaires. Le texte reste flou sur la date à laquelle des élections auraient lieu, alors que la […]

today13/02/2022

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%