Actualités

Le Parti Communiste du Bénin évoque la portée et la signification de la restitution de 26 trésors royaux (Lire la déclaration)

today12/11/2021

Arrière-plan
share close

Le 10 novembre 2021, l’avion rapportant les 26 trésors royaux pillés par la soldatesque française lors du sac d’Abomey par le colonel Dodds et ses soldats, a atterri à Cotonou. Près de 130 ans après leur exil forcé, ils retrouvaient la terre qui les a vu naître.

 Ce retour est un évènement important dans l’histoire du peuple béninois et des peuples africains de façon générale. Il faut savoir que contrairement aux qualificatifs de sauvage, de sans histoire et autres balivernes, l’Afrique est le continent dont les trésors artistiques et historiques font le bonheur et la richesse des musées du monde entier.

 Il faut savoir que rien que pour le Bénin, on estime à 9000, les trésors artistiques dans les musées publics et privés ainsi qu’aux mains des particuliers en France. Voilà pourquoi depuis toujours, des voix se sont fait entendre pour réclamer le retour des trésors pillés au Bénin et en Afrique.

Mais si cette exigence a toujours été permanente et latente, on peut dater la réclamation organisée de ces objets à partir de décembre 2013. Déjà le 10 décembre 2013, le Conseil Représentatif des Associations Noires  (CRAN) a lancé une campagne pour la restitution des trésors africains pillés pendant la Colonisation. Il a organisé pour la presse une visite guidée du Musée du Quai Branly Jacques Chirac pour montrer aux journalistes les biens mal acquis de la France.

 Le même jour, Louis-Georges Tin, Président du CRAN, publie avec le Président Nicéphore SOGLO, ancien président du Bénin, un appel dans le journal français « Le Monde » et le quotidien béninois « La Nation » pour demander la restitution des biens mal acquis de la France.

En août 2015, le Président du CRAN se rend au Bénin pour inciter les autorités béninoises à faire une réclamation officielle de la restitution des trésors pillés à leur pays d’origine. A cette occasion, il rencontre le premier ministre Lionel ZINSOU et le roi d’Abomey pour plaider cette cause.

En mai 2016, en soutien à la Campagne du CRAN, les souverains africains à travers Le Forum des rois et leaders traditionnels d’Afrique adoptent une résolution soutenant la campagne du CRAN pour la restitution.

Elu en avril 2016, le Président Patrice Talon demande officiellement la restitution des trésors pillés par l’armée française lors du sac de la cité royale d’Abomey.

Comme d’habitude, la première réaction des autorités françaises a été un refus catégorique. Il faut dire qu’à ce moment-là, François Hollande était au pouvoir et que les socialistes français ont toujours été du côté de la préservation des intérêts de la Grande France, à savoir la France impérialiste défendue naturellement par la grande bourgeoisie française.

Mais c’est sans compter avec le grand vent anti-impérialiste et panafricaniste qui souffle actuellement sur l’Afrique. Ce vent, qui bouscule tout sur son passage et qui pousse à ce que l’Afrique retrouve sa dignité, ne tolère plus aucun immobilisme. Ce vent dans lequel il ne faut pas oublier les jeunes activistes de la Diaspora africaine qui prennent d’assaut les musées pour se saisir des œuvres volées pour les emporter avec eux en guise de symbole. Ce vent a déjà obligé l’Italie à rendre à l’Ethiopie l’obélisque d’Axoum, l’Allemagne à rendre des têtes de bronze du royaume du Bénin au Nigéria, etc. Voilà pourquoi Emmanuel Macron a lâché les 26 trésors royaux volés par Dodds sur les milliers pris en otage en France.

Naturellement, tout Béninois patriote, tout Africain panafricaniste doit se réjouir du retour de ces trésors car, ils représentent l’âme de nos peuples. Il s’agit d’un pas vers la Renaissance de l’Afrique.  Mais cette renaissance exige outre la restitution des biens royaux et culturels pillés, mais aussi et surtout la récupération des fonds de réserve monétaire confisqués, le recouvrement de nos langues, de nos cultures et spiritualités. C’est pourquoi nous devons poursuivre nos exigences pour que ce qui s’est passé ce 10 novembre 2021 au Bénin ne soit pas comme un os qu’on donne à un chien afin de le calmer.

C’est seulement comme cela que nous pourrons mériter de nos héros nationaux et permettre à l’Afrique de se réapproprier sa dignité.

Cotonou, le 11 novembre 2021

Le Parti Communiste du Bénin

Écrit par: idealwebradio


Article précédent


Articles similaires

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%