Société

Le pape fustige les violences contre les femmes, un « outrage » à Dieu

today01/01/2022

Arrière-plan
share close

Le pape François a appelé samedi le monde à « retrousser ses manches » pour œuvrer à la paix et assuré que la violence envers les femmes équivalait à « outrager Dieu », dans un message au premier jour de l’année.

Le pape a consacré son message à l’issue de la première prière de l’Angelus de 2022 à la nécessité de stopper la violence dans le monde, à l’occasion de la 55e journée mondiale de prière pour la paix.

Sous un ciel ensoleillé, le chef de l’Eglise catholique qui compte 1,3 milliard de fidèles s’est exprimé depuis sa fenêtre du palais apostolique devant la foule rassemblée place Saint-Pierre.

« Il n’y a pas lieu de se laisser abattre et de se plaindre, mais de retrousser ses manches pour construire la paix », a-t-il dit. « Rentrons chez nous en pensant à la paix, la paix, la paix. Nous avons besoin de la paix ».

François, qui a eu 85 ans le 17 décembre et entamera en mars la neuvième année de son pontificat, a rappelé que la paix suppose « des actions concrètes » et se construit « avec l’attention envers les plus petits, avec la promotion de la justice, avec le courage du pardon, qui éteint le feu de la haine ».

Elle nécessite « une perspective positive également, qui voit, dans l’Eglise aussi bien que dans la société, non pas le mal qui nous divise mais le bien qui nous unit! ».

Auparavant, durant une messe dans la basilique Saint-Pierre en l’honneur de la Vierge Marie, le pape avait dénoncé la violence envers les femmes comme une insulte envers Dieu.

« L’Eglise est mère, l’Eglise est femme », a-t-il estimé. « Et pendant que les mères donnent la vie et que les femmes gardent le monde, faisons tous en sorte de promouvoir les mères et de protéger les femmes ».

« Que de violence il y a à l’égard des femmes! Assez! Blesser une femme, c’est outrager Dieu qui a pris l’humanité d’une femme », a-t-il ajouté.

Dans un message rendu public le 21 décembre par le Vatican pour la Journée mondiale de la paix, le pape avait recommandé « trois voies pour construire une paix durable », le dialogue entre générations, l’éducation et le travail, « essentiels pour +l’élaboration d’un pacte social+, sans lequel tout projet de paix est inconsistant ».

Le texte soulignait que le budget consacré à l’éducation s’est réduit « sensiblement » ces dernières années dans le monde contrairement aux dépenses militaires qui ont dépassé « le niveau de la fin de la guerre froide ».

Le pape a repris samedi ces thèmes après l’Angelus, évoquant les « temps incertains et difficiles en raison de la pandémie ».

« Nombreux sont ceux qui ont peur de l’avenir et qui sont accablés par les situations sociales, les problèmes personnels, les dangers de la crise écologique, les injustices et les déséquilibres économiques planétaires », a-t-il dit. « En regardant Marie tenant son enfant dans ses bras, je pense aux jeunes mères et à leurs enfants qui fuient les guerres et la famine ou qui attendent dans des camps de réfugiés ».

Écrit par: AFP


Article précédent

Bénin

Vœux de nouvelle année de l’USL Diaspora

Militantes et militants, Béninois, La célébration de ce Nouvel An intervient dans un contexte de tribulations politiques, économiques et sociales qui meurtrissent le peuple béninois et noient le faste qui devrait agrémenter cette période. Les complaintes qui montent de toutes les contrées du Bénin nous font comprendre que nos concitoyens vivent un mal-être profond qui leur fait perdre espoir en ce pays. Le Bénin dont nous chérissons l’idéal de voir […]

today01/01/2022

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%