Actualités

Congrès constitutif de l’Association Béninoise de Solidarité et d’Amitié avec les Peuples (ABESAP)

today05/12/2021

Arrière-plan
share close

L’Association Béninoise de Solidarité et d’Amitié avec les Peuples (ABESAP) est portée sur les fonts baptismaux. C’était ce samedi à l’issu d’un congrès constitutif qui s’est tenu à la Bourse du Travail à Cotonou.

Discours d’ouverture

Honorables invités,

Mesdames et Messieurs les journalistes,

Mesdames et Messieurs les fondateurs de l’Association Béninoise de Solidarité et d’Amitié avec les Peuples

Soyez les bienvenus et soyez honorés d’avoir répondu à notre invitation à l’assise historique de ce jour. Notre assemblée constitutive revêt un caractère historique au regard de la situation qui prévaut dans le monde et sur notre continent africain.

Dans la motivation de notre invitation, nous évoquons le grand vent de patriotisme qui souffle sur l’Afrique et le monde avec en toile de fond, l’exigence expresse du respect de la souveraineté et de la dignité des peuples en opposition aux actes d’agression, de violence et d’exploitation par les puissances impérialistes. Et les faits semblent nous donner raison.

Ces derniers jours, le Sahel juste au-dessus de notre pays bouillonne de luttes et de volonté des peuples d’en finir avec les occupations militaires et autres. On est comme en face d’une sorte de guerre de libération nationale; une libération de la domination néocoloniale française dans un contexte particulièrement complexe et tragique pour les populations de ces pays. L’occupation militaire française et internationale (troupes de la MINUSMA-ONU, de Takuba (Allemagne, Belgique, Danemark, Estonie, France, Grèce, Italie, Norvège, Pays-Bas, Portugal, Roumanie, Royaume Uni, Suède, Tchéquie), tout ce beau monde, malgré les moyens de guerre et les drones pour les renseignements, n’arrive pas à venir à bout des terroristes. Au contraire! Pendant ce temps, les transports de l’uranium et d’autres ressources minières vers la France notamment se poursuivent et font d’Areva, la première entreprise nucléaire du monde. Et tant pis si les populations sont massacrées tous les jours. Il y avait Barkhane avec la France; il reste Takuba sous commandement français, le G5 Sahel toujours sous la houlette de la France. Sans compter les USA avec Africom qui assure les renseignements et la logistique. Malgré toute cette armada, le terrorisme prospère pour le malheur des populations et des militaires qui sont quotidiennement abattus.

Cela ne peut continuer ainsi et c’est ce qui explique les manifestations de ces derniers (18 et 27 novembre au Burkina, 22 novembre au Niger) contre un convoi militaire parti de la Côte d’Ivoire pour Gao au Mali et devant traverser le Burkina et le Niger. Mais l’occupant n’a pas cru devoir écouter la voix des manifestants. Il a osé tirer sur la foule des manifestants pacifiques, faisant des blessés au Burkina, 3 morts et une vingtaine de blessés au Niger. Toutefois, il y a un acte héroïque à retenir et à saluer , c’est  l’acte courageux du petit Aliou Sawadogo, 13 ans qui a descendu un drone de surveillance des manifestants juste avec un lance-pierres. Cela donne la preuve que si les moyens conséquents sont donnés aux soldats sans les affamés et avec l’appui du peuple, ils sont à même de venir à bout des terroristes. Il faut rappeler qu’un sentiment de ras-le-bol contre l’occupation militaire française se manifestait déjà et voici ce qu’en dit le consultant indépendant Abdourahmane Maïga dans une interview au journal Le Point, le 25 juin 2021 : « …Que toutes les armées étrangères s’en aillent! La minusma, il faut qu’elle parte. On connait l’origine de ces djihadistes. On sait qui finance et comment ça vient dans nos pays. Tout le monde connait le Qatar, tout le monde connait l’Arabie Saoudite. Tout le monde sait dans quelle logique ils sont. Alors pourquoi on vient chercher à régler les conséquences de cette guerre-là qu’on nous a imposée et non la cause? Que toutes ces armées étrangères rentrent chez elles! » Il ne s’arrête pas qu’au diagnostic. Il propose des pistes de solution.

« Il faut un nouveau programme de formation et d’équipement de nos armées. Malheureusement, ça va se faire sans la France. La France s’est compromise dans beaucoup de choses. C’est l’histoire qui est comme ça. Elle n’a pas su s’arrêter; elle n’a jamais voulu donner la souveraineté réelle aux gens; que ces Etats francophones soient démocratiques. Elle va en payer le prix et les conséquences » Cf. Le Point.fr).

Refusant de tirer les leçons de l’histoire, la France maintient sous dépendance la Guyane, la Guadeloupe, la Martinique, la Nouvelle Calédonie dans les Antilles et d’autres îles en Afrique. Aujourd’hui, toutes ces contrées et leurs peuples qui n’ont jamais admis leur soumission réclament l’indépendance à la faveur de l’imposition du pass vaccinal qui est en fait un attentat à la vie et à la survie des peuples.

Dans la rubrique des actes coloniaux et d’occupation on ne peut oublier la Palestine et le Sahara occidental.

Par ailleurs, comment ne pas rappeler l’embargo des USA contre Cuba qui court depuis plus de 60 ans et constitue un ensemble d’actes d’agression contre le peuple cubain héroïque, travailleur et ingénieux qui bat les records dans l’éducation, la santé et le bien-être social. Imaginez ce que cela aurait été sans l’embargo criminel. Plus récent dans le temps, ce sont les actes agressions, de sanctions, de blocus, les tentatives de coup d’Etat ou d’invasion contre le Venezuela, actes d’agression qui provoquent des souffrances énormes pour le peuple vénézuélien, combattif et aguerri.

Mesdames et Messieurs, cette situation ne peut nous laisser indifférents. Notre pays est connu pour sa grande hospitalité ; il est connu aussi pour sa sympathie pour les peuples en lutte et pour son soutien aux causes justes. Sans remonter très loin dans le temps, je peux nous rappeler le meeting de soutien au peuple togolais en 2018, ici même à la bourse du travail ; le meeting de soutien au peuple vénézuélien confronté aux sanctions et autres menées agressives des USA ; je ne compte pas les pétitions, les motions de soutien, etc. que des organisations  démocratiques ou syndicales prennent en faveur de Cuba, de la Palestine, etc, etc.

Beaucoup d’aînés ici présents se souviennent certainement de manifestations ou d’actions diverses auxquelles ils ont participé en tant que jeunes scolaires, étudiants ou travailleurs pour soutenir les luttes de libération nationale. Sans doute que certains nous en dirons quelques mots tout à l’heure. Cette tradition mérite d’être confortée et matérialisée et c’est ce qui fonde notre initiative.

Ainsi donc, nous devons réussir à constituer au Bénin et ailleurs dans la sous-région ouest-africaine et dans le monde un Vaste Réseau de Combattants patriotes anti-impérialistes. Ce qui peut nous offrir les possibilités de chercher et connaître les luttes patriotiques et anti-impérialistes des Peuples à travers la planète ; de les faire connaitre  à nos peuples respectifs. De la sorte, nous nous donnerons les moyens de soutenir tous Etats, tous pouvoirs patriotiques et anti-impérialistes en butte aux agressions impérialistes à travers l’Afrique et le monde à l’instar de ceux des Antilles dites françaises notamment, de la Palestine, du Sahara Occidental, de Cuba, du Venezuela, du Mali, de l’Algérie, du Niger, du Burkina Faso, etc. Aussi bien outillés avec la connaissance des situations réelles, nous pourrons être en mesure de contribuer à dénoncer et combattre toutes les guerres d’agression impérialistes en Afrique et dans le monde, nous pourrons apporter soutien et solidarité agissante entre tous les combattants anti-impérialistes de par le monde. Ce faisant, nous pourrons véritablement témoigner de notre humanisme contre tout ce qui fait domination,  pillage et arriération des autres pays, populations pour que ailleurs, une petite minorité ne s’enrichisse et commande au détriment de la paix, du bien-être et de la vie de la jeunesse et des hommes et femmes du peuple.

Mesdames et Messieurs les invités d’honneur,

Mesdames et Messieurs les journalistes,

Mesdames et Messieurs les futurs fondateurs et sympathisants de l’Association Béninoise d’Amitié et de Solidarité avec les Peuples,

Nous avons le devoir de répondre à l’appel de l’histoire à l’instar de nos aïeux et de nos ainés qui ont lutté pour l’indépendance en suivant leurs pas pour conquérir la souveraineté économique, culturelle et politique dans la paix et la solidarité avec les autres peuples.

C’est avec ces mots d’espoir et de conviction que je souhaite pleins succès à nos travaux,

Je vous remercie.

Cotonou, le 04 décembre 2021

Pour le Comité Préparatoire,

Denis Y. SINDETE

Écrit par: idealwebradio


Article précédent

Société

« Changeons de mentalité ! » Romaric Mouftaou

La condition la plus fondamentale d'une société saine est que ses membres possèdent l'esprit juste. L'esprit n'est pas visible à l'œil nu, mais il est comme le plan d'un bâtiment. Comme la forme et la structure d'un bâtiment changent en fonction de la façon dont le plan est dessiné, la vie change également en fonction du type d'esprit que vous possédez. Lorsque vous voulez changer la vie, la réponse n'est […]

today03/12/2021

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%