Chronique de Jerôme Kassa

Chronique de Jerôme Kassa : IBK …quid des hommages de la CEDEAO ?

today18/01/2022

Arrière-plan
share close
  • cover play_arrow

    Chronique de Jerôme Kassa : IBK …quid des hommages de la CEDEAO ? Jerôme Kassa

IBK est parti sans avoir vu le nouveau Mali que proposent les militaires en remplacement du sien qui avait tout de pâle et sans issue heureuse pour leur terre commune. Lui, venu au pouvoir tout flamboyant, mais parti la queue entre les pattes. Lui victime du jihadisme qui a tant souhaité que ses tombeurs fassent mieux que lui et réussissent surtout le pari de la réconciliation de tous les Maliens.

Visiblement atteint jusque dans l’âme, il a encaissé le coup de son éjection sans réussir à le digérer. Ses nombreuses allées et venues entre Bamako et Abu Dhabi n’ont rien pu à sa santé, chaque jour plus déclinante. Est-ce cela qui a précipité le départ de l’homme ? Ils sont nombreux à le penser. Comme toute mort par ici, celle de l’ancien président malien a suscité diverses réactions. Les unes, flatteuses, les autres peu amènes, d’autres encore, carrément acerbes. L’homme est écartelé entre respect, tristesse et critiques, lui, pas toujours compris.

Mais, IBK doit s’être estimé heureux pour avoir été juste écarté, un peu malmené certes, mais, finalement libre et d’avoir rendu son dernier soupir entouré des siens. Doumbouya n’a pas donné cette chance à Condé, jusqu’ici fait bagnard de luxe, mais bagnard tout de même. Celui-ci, seulement après bien des mois, a été autorisé à quitter son pays pour des soins dans les mêmes Emirats arabes unis, pouvant s’offrir sur tout un mois une vue sur d’autres horizons. IBK le veinard, a même pour lui la noble intention des hommages de la junte, résolue à lui organiser des obsèques nationales. Ça n’est pas courant.

Une certitude, IBK ne doit pas avoir l’âme à l’allégresse. Il laisse son pays, toujours dans un sort pas enviable; il ne pourra recevoir les ultimes hommages de son fils Karim, un nom qui ne laisse pas de marbre dans ce pays et qui a abandonné son père, se dépêchant de détaler devant l’ardeur de la junte.

Manqueront également à l’appel, les seigneurs de la CEDEAO, logiquement dans l’impossibilité de rallier Bamako sous embargo de leur institution commune. Voici que la nature, juste quelques jours après, met les censeurs de la junte face à leur mesure décriée. A défaut de faire le déplacement, ou en attendant de négocier, l’un après l’autre, ils empoignent leur clavier pour la litanie des meilleures intentions, pleurant tous un ami, un grand homme…En la circonstance, les mots, c’est ce qui manque le moins. Paix à l’âme de l’illustre disparu.

Chronique de Jerôme Kassa : IBK …quid des hommages de la CEDEAO ?

Écrit par: Jerôme Kassa


Épisode précédent

play_arrow

Titres à la Une

Titres à la Une du 18 Janvier 2022

Titres à la Une du 18 01 2021 La revue de presse du Bénin présenté par Jerôme Kassa : 10h00, 18h00, 23h00, le Lundi, Mardi, Mercredi, Jeudi, Vendredi Site web : https://idealwebradio.info Facebook : https://facebook.com/idealwebradio Twitter : https://twitter.com/idealwebradio Youtube : https://www.youtube.com/c/IDEALWEBTVINFO Télécharger l'Application : https://cutt.ly/eYHDLzm #IdealWebRadio #JeromeKassa #revuedepresse https://www.youtube.com/watch?v=CKlfgDbgXgo

today18/01/2022

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%