Chronique de Jerôme Kassa

Chronique de Jerôme Kassa « Gouvernement 20 ans »

today11/01/2022

Arrière-plan
share close
  • cover play_arrow

    Chronique de Jerôme Kassa « Gouvernement 20 ans » Jerôme Kassa

Tiken Jah Fakoly, fidèle à ses idées. Le truculent reggaeman vient encore de gratifier la communauté d’un coup de gueule, sa marque de fabrique. Comme tous les précédents, celui-ci, dénommé « Gouvernement 20 ans » et sorti en cette aube de la nouvelle année, est assené sans ménagement. L’artiste de renom, hors de lui, crache son exaspération devant les invariables 20 ans distribués à la pelle dans nos cours et tribunaux. Le quantum fétiche, de mode particulièrement dans l’espace francophone, invariablement flanqué aux opposants ou tous ceux qui sont vus par les princes régnants, (craignant pour leur régime et surtout l’après-pouvoir), comme une menace politique ou financière. Alors, le juge est appelé à contribution, au mépris de sa science, pour mettre hors d’état de nuire ces citoyens qui ont le double malheur d’être possesseur et / ou d’afficher des ambitions politiques. Tiken Jah Fakoly s’en offusque et tire sur des cibles, pas à la cantonade, mais bien désignées, citées, nommées, à décibels d’enfer.

TJF le martèle, la gouvernance de nos Etats est l’affaire de tous, surtout pas celle des seuls dirigeants, dont nombre n’ont jamais compris qu’ils sont en fait des gestionnaires délégués, et que la souveraineté appartient au PEUPLE. Ainsi vu et compris, chacun est tenu d’y aller de sa façon, de sa position, de ses moyens. Avec son canon, le militaire assure l’intégrité du territoire; le politique y va avec des lois; le journaliste, avec la plume et le micro et l’artiste, de son art. Artiste de renom, résolument engagé, toujours au milieu du peuple, avec celui-ci, et parlant pour lui, au détour d’un air dansant il est vrai, TJF donne dans l’incitation à un nouvel ordre, convaincu que la parole est énergie.

Des mots, positionnés sur des airs assurés par la kora, le soku, le n’goni et le kamélé, et voici Doumbia Moussa Fakoly très disant dans son reggae de haut vol, ce rythme d’engagement et de l’invite à la justice et à la joie pour tous. L’artiste n’a que ça pour atteindre l’âme des dirigeants et fouetter la conscience des peuples. Dans cet authentique reggae africain, Tiken foudroie tous ceux qui n’ont de loi que l’essorage de leur peuple. Lui qui dit se voir obligé d’élever la voix pour dire « Attention, on ne peut pas faire ça ! », on ne peut tolérer plus longtemps ce vrai recul que traduit cette volonté d’aller vers des systèmes de partis uniques que trahissent ces parlements monocolores qui font la honte de tout un pan du continent.

Floraison des condamnations ici et là à 20 ans de prison, il y a mieux à faire, lance l’artiste aux tenants qui devraient plutôt se préoccuper de fournir de l’électricité, de l’eau, ainsi que des écoles à leurs peuples. Oui, l’éducation, le tison qui va donner la flamme de l’éveil des peuples. 20 écoles, 20 forages d’eau, 20 branchements d’électricité par localité, c’est de ces « 20-là » qu’ont plutôt besoin vos peuples. Faites-le sacrés « coffreurs», et vous serez adorés, « 20 » fois plus, « 100 » fois plus,…pour l’éternité.

Chronique de Jerôme Kassa « Gouvernement 20 ans »

Écrit par: Jerôme Kassa


Article précédent

Afrique

Le chef de la junte malienne reste ouvert au dialogue avec la Cédéao après les sanctions

Le chef de la junte malienne, le colonel Assimi Goïta, a dit lundi rester ouvert au dialogue avec la Communauté des Etats ouest africains. Il appelle ses compatriotes au calme et à la "résilience". C’est après que l'organisation régionale a infligé des sanctions à son pays. "Même si nous regrettons le caractère illégitime, illégal et inhumain de certaines décisions, le Mali reste ouvert au dialogue avec la Cédéao pour trouver […]

today11/01/2022


Épisodes similaires

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%