Afrique

Burkina: la junte nomme un gouvernement pour diriger la transition

today06/03/2022

Arrière-plan
share close

Le président de la transition au Burkina Faso, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, a nommé samedi soir un nouveau gouvernement composé de 25 ministres, pour diriger le pays pendant une transition de trois ans.

Le général Barthélémy Simporé, déjà ministre de la Défense sous Roch Marc Christian Kaboré, le président renversé par un coup d’Etat militaire fin janvier, conserve son poste, selon un décret publié samedi soir. Il est même élevé au rang de ministre d’Etat.

Parmi les autres ministres, Yero Boly, plusieurs fois ministre dans différents gouvernements de l’ex-président Blaise Compaoré, est nommé ministre d’Etat auprès du président du Faso, chargé de la Cohésion sociale et de la Réconciliation nationale.

Des leaders de la société civile et des syndicats dont Lionel Bilgo (Education nationale et alphabétisation) et Bassolma Bazié (Fonction publique) font également leur entrée dans le gouvernement.

Six femmes figurent dans ce gouvernement, dont Olivia Rouamba à qui échoit le portefeuille des Affaires étrangères.

Jeudi, Albert Ouédraogo, un universitaire de 53 ans, avait été nommé Premier ministre.

Le nouveau chef de l’Etat burkinabè, le lieutenant-colonel Damiba, 41 ans, a pris le pouvoir fin janvier après deux jours de mutineries dans plusieurs casernes du pays, renversant le président élu Roch Marc Christian Kaboré accusé d’inefficacité face aux violences jihadistes qui minent le pays.

Le nouveau président a fait de la lutte contre le jihadisme et la refondation de l’état burkinabè sa « priorité ».

La période de transition avant un retour à l’ordre constitutionnel a été fixée à trois ans, selon une charte signée par le lieutenant-colonel Damiba, qui lui interdit de se présenter aux élections prévues à la fin de la transition.

La durée des transitions est au cœur des négociations entre les pays de la région touchés par les putschs et la Communauté des Etats d’Afrique de l’ouest (Cedeao) qui réclame qu’elles soient les plus courtes possible.

La Cédéao a jugé « inacceptable » celle de cinq ans fixée par le Mali, et ne cesse de réclamer un calendrier à la Guinée qui refuse de se voir imposer un quelconque délai. Elle ne s’est pas encore prononcée sur le calendrier burkinabè.

Écrit par: idealwebradio


Article précédent

Economie

Infrastructures sanitaires : la BAD s’arme d’une stratégie à l’horizon 2030

Après l’Afrique du Sud et le Maroc pour la fabrication de vaccin anti-Covid, c’est au tour de la Banque africaine de développement (BAD) de prendre le taureau par les cornes en s’attaquant à une problématique vitale du domaine de la santé : les infrastructures sanitaires. L’institution financière panafricaine acte sa toute première stratégie couvrant la période 2022-2030. « Nous devons veiller à ce que chaque Africain, quel que soit son […]

today06/03/2022

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%