Actualités

Bénin : La CSTB et l’ODHP lancent la campagne citoyenne contre l’imposition de la vaccination anti-covid-19

today20/11/2021

Arrière-plan
share close
  • cover play_arrow

    Bénin : La CSTB et l’ODHP lancent la campagne citoyenne contre l’imposition de la vaccination anti-covid-19 idealwebradio

(Lire et/ou écouter l’intégralité de la Déclaration de Presse)

Camarades travailleurs,

Mesdames et Messieurs les invités,

Chers amis de la presse,

Merci de répondre à notre invitation au point de presse de ce jour samedi 20 novembre 2021 pour le lancement de la Campagne Citoyenne contre l’imposition de la vaccination anti-Covid.19,

Mesdames et Messieurs les invités,

Camarades responsables et militants d’organisations démocratiques,

Camarades responsables syndicaux de travailleurs, de femmes et de jeunes,

Mesdames et Messieurs,

Soyez les bienvenus et merci d’avoir répondu à notre appel.

Comme annoncé par le Communiqué de presse, le thème que nous allons développer, le Président de l’ODHP et moi-même, porte sur

 « L’imposition de la vaccination anti-Covid.19 et le droit sanitaire des travailleurs et des populations ».

En fait, il s’agit d’un crime contre le droit à la vie auquel chacun a le droit de s’opposer pour vivre. La distillation de la peur panique, les engagements forcés à ne rien réclamer aux laboratoires pharmaceutiques fabricants des vaccins et aux dirigeants à leur solde, les pressions diverses, les menaces de ne pas bénéficier de frais de mission, de ne pas bénéficier de formations, les manipulations, mensonges et autres achats de conscience par la nourriture, des dons divers pour arracher le consentement forcé en vue de se faire vacciner, alors même que la fabrication de ces vaccins n’a pas respecté le principe de précaution, sont autant de facteurs qui relèvent d’intentions criminelles et militent donc pour le rejet de l’obligation de se faire harakiri pour ne pas dire se faire suicider par l’inoculation de ces fameux vaccins.

Voilà sommairement planter le décor qui justifie ce point de presse pour le lancement de la Campagne Citoyenne contre l’imposition de la vaccination anti-Covid.19

Pour la Préservation de la vie des populations contre les vaccins de la mort.

Parfois le hasard sait bien faire les choses. Nous avons initié cette Campagne citoyenne sans savoir que le pouvoir persévérait dans ses plans criminels pour une campagne nationale de vaccination qui a été lancée le 17 novembre dernier, le jour même où nous publions le communiqué appelant à notre point de presse de lancement de la Campagne citoyenne contre l’imposition de la vaccination anti-Covid.19 qui s’étendra du 20 Novembre au 20 décembre 2021 et peut être sera tacitement reconduite si le Gouvernement continue de prendre des mesures coercitives arbitraires et assassines contre les populations, les travailleurs (civils, militaires et policiers), les jeunes, les enfants pour les contraindre à se soumettre à la vaccination contre le Covid.19. C’est vrai que leur campagne criminelle prend fin le 15 décembre. Mais nous autres devons continuer jusqu’au 20 pour évaluer les résultats de nos combats et nous assurer que l’obligation de se faire vacciner a été levée définitivement par le Gouvernement du Président Talon.

Avant de poursuivre, je voudrais vous inviter à observer une minute de silence en mémoire de nos compatriotes assassinés par les vaccins contre leur gré puisqu’ils ont été les victimes innocentes que, la peur, les manipulations et tous autres contraintes et mensonges ont contraint à consentir à se faire abusivement vacciner. Dans le lot, il y a des professeurs d’université, comme ce professeur de cancérologie, ou ce recteur, des bonnes femmes comme cette revendeuse de Kpassè à Ouidah, des jeunes comme cet étudiant en fin de formation contraint à se faire vacciner pour trouver un petit boulot, ce journaliste de Parakou qui a fini tragiquement sa course à la porte de sa chambre, le lendemain de la vaccination, etc, etc.

Mais, nous devons célébrer à la suite de cela, les lanceurs d’alerte qui dès l’annonce des hostilités contre le peuple n’ont cessé de tirer sur la sonnette d’alarme et ceux qui dans le combat pratique sur le terrain s’opposent à toute forme d’intimidation, de menaces de sanctions et de pression pour dire non à l’obligation du pass sanitaire.

Je vous invite à faire un banc pour le premier lanceur d’alerte, le Pr. Philippe Noudjènoumè, 1er Secrétaire du PCB et Président de l’Alliance Pour la Patrie, qui dès le 16 Mars 2021 adresse une lettre ouverte au Président Talon et l’exhorte à ce que le Bénin « ne serve pas de terre d’expérimentations de vaccin anti-Covid.19 et de vaccins mortels des impérialistes ». Quand le deuxième lanceur d’alerte, l’ODHP et son Président Me. Aboubakar Baparapé, ont prévenu les citoyens de ne pas se faire vacciner si le Gouvernement ou les fabricants du vaccin ne prennent pas l’engagement d’assurer les réparations en cas de déconvenues après vaccination, le Gouvernement a répondu par l’engagement imposé aux candidats à la vaccination de ne rien réclamer. Il montrait ainsi qu’il est à la solde des grands laboratoires qui fabriquent et imposent les vaccins de la mort en violation du principe de précaution. Le 3ème lanceur d’alerte et combattant pratique sur le terrain, le SG/CSTB, KASSA Mampo, le SG de l’UNSTB AFEWE Appolinaire et d’autres responsables syndicaux ont aussi pris position contre cette imposition. Mais, on ne saurait oublier les responsables syndicaux de la santé, notamment ceux de l’Intersyndicale dont le porte-parole  Adophe Houssou et ses compagnons, très tôt, n’ont cessé de dénoncer l’imposition de la vaccination et ont toujours exigé le respect par le pouvoir des engagements pris pour la satisfaction des revendications des agents de santé pour de meilleures conditions de soins au profit du peuple;  les responsables syndicaux du MEMP, les enseignants de Titirou à Parakou, le Président de l’Union Nationale  des Parents d’Élèves et d’Étudiants du Bénin, Paul KOUDOUKPO, le Comité pour la Liberté des Soins et ses responsables, le Pr. Jean Delphonse MELE, etc.

L’imposition du pass vaccinal est contraire à la loi N°2020-37 du 03 février 2021 portant protection de la santé des personnes en République du Bénin, en son article 7 : « Tout patient a le droit d’accepter ou de refuser un acte médical ou l’application d’un traitement médical ». Parfois, il plait au Gouvernement et à ses sous-fifres de se référer à l’article 5 de de cette loi pour justifier leurs forfaits contre le droit sanitaire des travailleurs et des populations. Or, cet article parle de soins adéquats ; nous citons : « Le droit à la santé est un droit fondamental. Le système sanitaire garantit par tout moyen approprié, la protection de la santé de la population, l’égal accès aux soins, le droit aux soins adéquats et à la continuité des soins ». C’est bien clair qu’il est question de soins adéquats ce qui signifie appropriés donc sans aucune ambiguïté ni complication possible. Par ailleurs, l’article 10 permet au patient de refuser un traitement ou un acte médical proposé par son médecin ou tout autre praticien. Dans tous les cas, on vérifie d’abord que le citoyen est malade avant de lui proposer des soins. Or, ici on considère d’emblée que tout le monde est malade et on impose indistinctement un remède qui est encore à la phase expérimentale. Pendant ce temps, il existe des solutions alternatives qui ont fait leur preuve. Les remèdes comme l’Artémisia, le médicament Ivermectine, la Chloroquine associée ou non à l’Azythromicine sont autant de solutions alternatives qui ont fait leur preuve sans oublier d’autres produits brevetés en Guadeloupe, au Cameroun, etc. Les chercheurs de la médecine moderne et traditionnelle de chez nous doivent aussi être impliqués et encouragés par le gouvernement pour la recherche des solutions contre ce mal.

Mesdames et Messieurs, rien ne justifie l’imposition des vaccins anti-Covid.19, encore à la phase expérimentale, sans le respect des protocoles y afférents et dont les effets secondaires, comme des cas de décès et autres, s’égrènent tous les jours notamment en Europe mais que le pouvoir de Talon et ses agents cachent chez nous. Il est important de rappeler ici les dossiers dont celui des sénateurs français qui rejettent l’imposition de la vaccination ou encore celui des parlementaires européens qui, non seulement rejettent l’imposition de la vaccination, mais exigent l’indemnisation des victimes de la vaccination anti-Covid. La cour constitutionnelle des USA a empêché au Président Joe BIDEN de rendre la vaccination obligatoire. La vaccination n’est obligatoire dans aucun État fédéral des États Unis D’Amérique.

On ne peut être plus explicite dans les méfaits des vaccins anti-Covid.

Au Bénin, nous avons sur 24846 cas de contaminés, on a enregistré à ce jour 161 cas de décès en 2 ans, soit en moyenne 80 décès par an pour Covid19, alors que chaque année, le pays enregistre plus de 3000 cas de décès causés par le paludisme (source UNICEF). Pourtant, on n’a encore trouvé aucun vaccin contre cette maladie qui fait tant de rage en Afrique.

Dès lors, tous ceux qui rejettent l’imposition de la vaccination ont raison et doivent être soutenus et encouragés. C’est pourquoi, en ce début de campagne citoyenne contre l’imposition de la vaccination, il importe d’inviter les résistants à se constituer en collectif anti obligation du pass vaccinal et sanitaire avec des points focaux partout sur l’étendue du territoire national en vue de se concerter et intensifier le combat pour la préservation de la vie et pour recenser toutes les victimes décédées ou ayant des complications et tous ceux qui sont menacés en vue de leur indemnisation.

Au terme du discours introductif, nous donnerons la parole aux invités et autres résistants pour tes témoignages qui nous édifient tous pour avancer et gagner.

Vive la résistance contre l’imposition de la vaccination anti Covid19 !

En avant pour la campagne citoyenne pour la préservation de la vie, une vie unique avec laquelle on ne peut s’amuser.

Cotonou, le 20 novembre 2021

Pour la CSTB, Nagnini KASSA MAMPO                                                                                             

Pour l’ODHP, Aboubakar BAPARAPE

Campagne citoyenne contre l’imposition de la vaccination anti-covid-19

Écrit par: idealwebradio


Article précédent

Actualités

Incarcération de deux journalistes au Bénin : La PADeM déplore le recours systématique au code du numérique pour statuer sur des délits de presse

Basile Tchibozo, PADeM (Communiqué de presse de la PADeM-Bénin) La Plateforme des Promoteurs et Acteurs pour le Développement des Médias au Bénin (PADeMBénin) a appris avec grande surprise l'interpellation et l'incarcération de deux journalistes dans la journée du jeudi 18 novembre 2021. Il est reproché aux confrères Patrice GBAGUIDI et Hervé ALLADÉ la publication d'article de presse qualifié de diffamatoire par le plaignant Marcellin LAOUROU. Le Bureau Directeur de la […]

today19/11/2021

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%